RECHERCHER

Le genêt : inerme et rameux. Pardon ?

Le genêt : inerme et rameux. Pardon ?

Dans le coin on vous dira : « tout ça c’est du genêt, de la lande, quoi ! ». Mais si ajoncs et genêts mêlent bien leurs épines et leurs rameaux inermes* en des fourrés impénétrables, ne nous mélangeons pas les pinceaux : l’ajonc pique, avec son « j »alors que le genêt balaie, avec ses voyelles douces. Même petite musique en latin, écoutez bien : Ulex (les ajoncs) griffe quand Cytisus, Genista ou Sarothamnus (les genêts) caressent. Vous ne pourrez plus vous tromper : les genêts ne piquent pas.

Il existe plusieurs espèces de genêts en Bretagne. Les plus grands, le genêt à balai, arbrisseaux vivaces peuvent monter à 3 m, sont très rameux*, d’un vert foncé. Difficiles à couper quand on se prend à rêver soudain, sans couteau dans la poche, d’un énorme bouquet de ses hampes de fleurs papillons. De ses branches on a fait longtemps des balais et même extrait une filasse transformée en cordes et toiles râpeuses.

On trouve aussi quelquefois sur les côtes de Bretagne un genêt tout petit, duveteux, prostré*. Une sous-espèce « maritime ». Si vous le croisez, baissez vous à sa hauteur et admirez la lumière irisée au plus près de ses rameaux et de ses feuilles densément soyeux. Laissez le vivre, les conditions du milieu sont suffisamment dures pour lui.

Les sommités du genêt servaient à produire l’amertume de la bière avant qu’on utilise le houblon. On a mangé ses boutons floraux au sel et au vinaigre, comme des câpres, soigné les oedèmes et les jambes lourdes en le réduisant en cendres macérées dans du vin, les fièvres, les rhumatismes et les calculs (pas les maths) en en faisant des tisanes. On reconnait à cette plante, malgré des risques de toxicité, des qualités diurétiques, tonicardiaques et antivenimeuses. Ainsi les moutons qui en mangent souvent seraient-ils protégés des morsures de serpent.

* Quelques mots de botanique :
Inerme : ne portant ni aiguillons ni épines
Rameux : qui a de nombreux rameaux
Prostré : à port bas et diffus

_________________________

Les genêts
Sont comme les pauvres gens,
Les accompagnent,
Signifient
Qu’il faut tenir,
Que ça en vaut
La peine.
Chantent
Comme les pauvres gens,
Parfois,
Quand il fait très bon.

Eugène GUILLEVIC
Etier – Poésie Gallimard – In Herbier de Bretagne

_________________________

L’illustration de cette rubrique a été réalisée sur-mesure par Nanouk Illustrations.

Retrouvez Nanouk Illustration sur :

Facebook  Instagram

Thème identique

Laisser un commentaire