RECHERCHER

Arhios, Les vannetais de l’instrumental.

Arhios, Les vannetais de l’instrumental.

Nous avons rencontré les musiciens du groupe Arhios, dont vous avez sûrement déjà entendu parler… Entre rêverie et détermination, inter- view d’un groupe à suivre de près.

Capture d’écran 2019-02-15 à 15.10.55Quelle est la génèse du quatuor ?

Vous connaissiez le groupe vannetais Twelve Feet Under ? Et bien certain d’entre nous en fai- saient partie, puis des chemins entre membres ont été pris, et nous avons formé Arhios début 2016 : Raphaël à la batterie, Gabriel au synthé, Thomas à la guitare, Arthur à la basse. Le projet a mûri, accompagné par l’Echonova, et c’est pas moins de 25 dates que nous aurons assurées en 2017 !

Le style Arhios, c’est quoi ?

On se dit souvent post pop, même si on a un peu inventé le mot… En gros on pense avoir certains codes du post rock, mais en respectant le format pop des morceaux (durée, visuels de communication, instrumental…). En même temps, on ne souhaite pas s’enfermer dans des termes et des styles donnés. On a pas de chant, on laisse une grande liberté à cha- cun de ressentir ce qu’il veut, selon le mood du moment, son histoire, sa culture. Un son peut faire pleurer quelqu’un, mais faire sourire son voisin dans la salle, c’est la valeur que l’on essaie de donner à nos sons.

Pourquoi vous être appelés Arhios ?

On voulait un nom sans connotation linguistique, puisque l’on ne fait que de l’instrumental… Pas d’anglais car pas de chant, et ça aurait été trop convenu. Arhios vient du nom d’un morceau des Twelve Feet Under : Arhios dad, anagramme quasi exact de Radiohead. C’est une signature au passé, assez solaire… Et puis ça commence par un « A », ça nous pose en tête de liste alphabétique !

Capture d’écran 2019-02-15 à 15.12.30
© D.R. Mathieu Ezan

 

Vos inspirations ?

On aime découvrir des influences locales, accessibles, même à différents ni- veaux de notoriété. On adore les rennais de Totorro, mais aussi Falls, pour les phra- sés de guitare et le rythme.

Allez-vous vous même à des concerts ?

Oui bien sûr, beaucoup. Des fois on va même voir du punk hardcore, pour se défouler (rires). On aime voir les autres sur scène, et aller à la rencontre d’autres musiciens pour, parfois, imaginer des dates communes.

C’est quoi le lieu idéal pour jouer ?

C’est une salle de petite jauge, genre 300-400 personnes, qui nous permette une proximité avec le public, sentir que l’on se trouve tous dans le même lieu…

Si vous étiez maire de Vannes, vous feriez quoi ?

Tous les quatre très attachés à notre ville d’origine, on trouve qu’il y a un fort potentiel musical à Vannes. Le cadre de vie, un bon nombre d’associations et de lieux pour apprendre et répéter… Mais il faudrait pousser le truc plus loin, comme par exemple faire durer tout l’été le festival de Jazz, en l’ouvrant à d’autres genres, ça, ça serait un grand coup. Ah oui aussi, il serait bon de développer le réseau Kiceo pour permettre de rentrer depuis l’Echonova de nuit (rires) !

Capture d’écran 2019-02-15 à 15.12.00
© D.R. Mathieu Ezan

Dates & infos sur :

www.arhios.com

Écoutez, likez, suivez, partagez Arhios !

facebook-circular-logo  instagram-logo-2

Sharing is caring!

Thème identique

Laisser un commentaire

shares